ETANT L'ETNA / Michel Butor & Paul de Pignol

 

 

DSCN3910.JPG

 

 

DSCN3897.JPG

 Versant I. Dessin original de Paul de Pignol pour Etant l'Etna


 

DSCN3900.JPG

Versant II, de Paul de Pignol

 

 

DSCN3901.JPG

Versant III, de Paul de Pignol

 

 

DSCN3912.JPG

 

 

DSCN3916.JPG

Page de titre et frontispice en regard

 

 

DSCN3919.JPG

 

 

DSCN3921.JPG

 

 

 

Michel BUTOR & Paul de PIGNOL. Etant l'Etna

Dessins de Paul de Pignol.
Rouen, L’Instant perpétuel, juillet 2013.
15 x 11 cm, 32 pages, illustré, en feuilles sous couverture illustrée à rabats.
ISBN 2-915848-31-9

Edition originale.
Tirage limité à 99 ex. numérotés, tous signés par Michel Butor et Paul de Pignol.

Les 6 premiers comportent chacun
un collage original signé de Michel Butor,
et un Versant noir,
dessin original signé de Paul de Pignol.
Les 3 premiers comportent en outre
un manuscrit autographe de l'auteur.

Exemplaires courants :  36 euros

Exemplaires 1 à 3 : hors commerce

Exemplaires 4 à 6 : épuisés

 

 

DSCN3906.JPG

Versant IV

 

 

DSCN3904.JPG

Versant V

 

 

DSCN3907.JPG

Versant VI

 

 

DSCN3929.JPG

Collage original signé de Michel Butor pour les exemplaires 1 à 6

 

 

DSCN3914.JPG

Fragment manuscrit autographe de Michel Butor (exemplaires 1 à 3)

 



Donner la parole aux montagnes, aux intempéries, aux cataclysmes comme osaient le faire les anciens poètes essayant de mettre un peu d'ordre dans la confusion de leurs dieux.

M. Butor


L'Etna prend la parole et s'adresse aux Hommes.

Ch. Nicaise

 

 

DSCN3932.JPG

Colophon

 

 

DSCN3934.JPG

Prière d'insérer

 

 


(...)

Parfois une fureur me prend
montant des entrailles remuées
je fabrique de la lumière
avec des tremblements soudains
les coulées de lave égueulent
mon cratère dans ma vengeance
contre les corruptions humaines
et l'ignominie des armées

Car s'ils ont l'aspect si tranquille
dans leurs fermes et leurs travaux
des vagues emportent les gens
de fanatisme et cruautés
et si je me trompe de cible
si souvent dans mes incendies
qu'ont-ils comme discernement
dans leurs vêpres abominables

 

(...)


M. Butor