SI NOUS SOMMES NES DU MIRACLE INVERSE D'AUSCHWITZ
 
Joseph DANAN. A Poème
Rouen, L'Instant perpétuel, 2006.
15 x 11 cm, 56 p., broché, couverture à rabats.
Edition originale.
Tirage à 225 ex. numérotés.
 
Prix : 36 euros
 
*
Ce livre, cet a-poème, cette phrase interminable à la syntaxe impossible, avec sa mise en page sophistiquée, est bien au-delà des gravures d'un Zoran Muzic (je pense à la série Nous ne sommes pas les derniers).
 
Joseph Danan ne cherche pas à dire l'indicible de la Shoah, il atteste que ni les images ni les mots ne peuvent rendre compte de ce "miracle inversé" d'Auschwitz, où s'anéantirent non seulement les corps, mais la possibilité même du rapport à Dieu.
 
Ch. Nicaise
 
*
Si nous sommes nés
du miracle inversé
d'Auschwitz
si notre berceau fut cette boue
ce brouillard notre ciel
sa nuit notre premier jour
  
si nous sommes vivants
pourtant
marqués de l’encre indélébile
de leur mort
 
si devenir des êtres pensants
fut de l’apprendre
un jour et peu à peu
ne laissant d’intact
que l’enfance
 
enfants
nés d’une plaie incicatrisable
du ciel
anéantis d’être nés
 
fût-ce d’un ventre
le plus aimant
d’un désir partagé
qui jamais n’annulera
la cendre
 
que j’écrive ces mots
quand la nuit tombe sur le lagon
indicible mélancolie à la surface calme de l’eau
sous le grand ciel d’indifférence
ou quand le jour se lève
ma main à peine levée
 
et un peu plus tard
quand je sors de la chambre
les couloirs profonds comme des nefs
s’emplissent de foules en costume rayé
qui se pressent en surimpression
vers la table d’abondance
 
(...) "
 
Joseph Danan